Accueil     
Musée d'art moderne de Céret   (Retour)
Albert Marquet
Albert Marquet
1875 (Bordeaux) -1947 (Paris)

Albert Marquet

Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte

Séjours à Collioure en 1905, 1912, 1914 et 1940.

Marquet est admis à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs à Paris où il se liera d’amitié avec Henri Matisse. Elève par la suite à l’Ecole des Beaux-arts puis dans l’atelier de Gustave Moreau, il copie les œuvres de Lorrain, Chardin et Corot au Louvre. Peintre de figures ou de paysages, utilisant alors la couleur pure mais toujours avec mesure, il excelle également dans les croquis pris sur le vif sur les boulevards parisiens. Citant souvent une phrase d’Hokusaï, « Arriver à ne pas tracer un point qui ne fut vivant », Marquet s’emploi à fixer d’un trait et dans toute sa fugacité le sens d’un geste.

Ses premières toiles sont partagées entre impressionnisme et style nabis. Ses natures mortes sont à la manière hollandaise du XVIIème ou de Chardin. Sa palette est presque monochrome : blanc, noir, beige. Egalement ami avec Manguin, avec lequel il se rend à Saint-Tropez en 1905, il abandonne très vite ces tons pour la palette fauve. Puis ses couleurs s’adouciront vers les tons de mauve, saumon, beige, quitte à revenir à des teintes plus vives lors de ses séjours au Maroc et en Algérie. Marquet ne parcourra pas seulement la France –Bordeaux, Marseille, Le Havre, La Rochelle- mais aussi le monde : Tunisie, Norvège, Roumanie, Grèce, Suède, Hollande, Italie, Suisse, URSS…au gré de ses amitiés. En 1907 il est à Londres avec Friesz et Camoin. En 1908 il est à Naples avec Manguin et Eugène de Montfort, puis au Havre avec Dufy, à La Rochelle avec Signac en 1920…il vivra aussi à Tanger, Marrakech…

C’est par ses paysages urbains qu’il s’impose, vues plongeantes de villes ou de ports : Hambourg, Alger, Bordeaux, Marseille, La Rochelle, Amsterdam, Collioure, Paris et ses bords de Seine... Dès 1920 et surtout pendant ses voyages, Marquet a soin d’emporter avec lui un grand cahier de feuilles blanches et une boîte de couleurs à l’eau, ce qui lui permet de noter rapidement les impressions qu’éveillent en lui les paysages nouveaux. Ses nus, peints dès 1910, sont plus austères et réalistes.

Séjournant à Collioure en 1940 il rend visite au céramiste Artigas à Céret. C’est à cette occasion qu’est réalisée l’aquarelle "le Castellas à Céret, vue de la demeure cérétane de Pierre Brune. Comme souvent dans ses paysages Marquet se place en surplomb par rapport au panorama qui s’en trouve élargit puis rabattu dans sa profondeur sur le premier plan. L’horizon n’est plus qu’une petite bande en haut du tableau.

Musée d'art moderne de Céret    8, Bd Maréchal Joffre    66400 Céret - France    T (33) 04 68 87 27 76
www.musee-ceret.com    Etablissement Public de Coopération Culturelle    © Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Succession H. Matisse    © ADAGP, Paris 2017    © Successió Miró / ADAGP, Paris 2017
© Fondation Tàpies, Barcelone / ADAGP, Paris 2017    © Succession Picasso 2017
Crédits photographiques Tous droits réservés