Accueil     
Musée d'art moderne de Céret   (Retour)
Vincent Bioulès
Vincent Bioulès
Montpellier (France) 1938. Photo Jean Pécoul.

Vincent Bioulès

Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte

Vincent Bioulès a enseigné la peinture dans plusieurs écoles des Beaux-arts dont l’Ecole Nationale des Beaux-arts de Paris.

C'est un artiste qui possède une solide culture, notamment picturale et musicale. Humaniste, critique, il a su trouver son chemin en menant une profonde réflexion sur la peinture, et plus précisément sur le traitement du paysage, autour des œuvres des XVIIème et XVIIIème siècles, des théories de Matisse et de la peinture américaine.
Dans les années 60, il rejoint les artistes qui, à un moment donné, ont considéré la peinture abstraite comme un progrès objectif. Vincent Bioulès participe à l'exposition Impact I, au Musée de Céret avec sa toile Volley-ball. En 1970, il participe avec Viallat et Dezeuze à la fondation du groupe Supports/Surfaces. Il peint alors des panneaux verticaux, monochromes. Il affirme ainsi renoncer à son savoir-faire, à ce qui lie culturellement et affectivement au passé. Les tableaux des années 1970 réduisent la peinture à son langage basique : couleurs pures, absence de subjectivité.

En 1972 il quitte Supports/Surfaces car il considère que la conquête de cette liberté collective revendiquée nuit à sa propre liberté d’expression. Dégagé du carcan avant-gardiste il redécouvre le simple plaisir du dessin et de la peinture : « Surtout ne pas vouloir être un grand peintre… être le peintre du dimanche dont le néoclassicisme, les citations, ne seraient que reconnaissance et dévotion… Voilà qui simplifierait singulièrement la tâche, mais il s’agit là d’un rêve impossible. Il n’y a a pas de peinture innocente. » (V. Bioulès, Cat. Nice, G.A.C., 1984).
Son travail tente alors l’élimination de toute trace de naïveté, toute trace de lyrisme du pinceau. La touche disparaît dans une sorte de fossilisation de la surface peinte. Les filiations de son œuvre se situent entre Marquet, Matisse, Bonnard, Dufy. « Il schématise, synthétise, aplatit violemment ses figures, rabat rageusement ses plans, jusqu’à ce qu’une surface enfin plane, atteste de sa fidélité à la pseudo conquête moderniste de la bidimensionnalité. ». A la fin des années 1980 Bioulès s’intéresse à la figure humaine.
En 1990 le Ministère de la Culture propose aux onze artistes ayant constitué le groupe Supports/Surfaces de commémorer le XXème anniversaire du mouvement à travers une commande publique. Vincent Bioulès réalisera alors le portrait de ses camarades : Claude Viallat, Patrick Saytour, André Valensi, Jean-Pierre Pincemin, Toni Grand, Bernard Pagès, Noël Dolla, André-Pierre Arnal, Daniel Dezeuze, Louis Cane.

En 2005-2006 Vincent Bioulès est invité par le Musée de Céret à travailler sur le paysage cérétan. Les toiles et études réalisées sont présentées sur les cimaises du musée durant l’été 2006 dans un accrochage où elles côtoient des œuvres plus anciennes, sur le thème « Espace et Paysage ».
A Céret l’artiste a appliqué sa méthode de travail habituelle : « saisir le paysage par des dessins au fusain, au pastel ou rehaussé d’aquarelle, saisir "à vif" sur le motif, prendre des photographies, s’imprégner des formes, des volumes et des couleurs puis rejoindre son atelier de Montpellier pour se concentrer sur l’essentiel et repenser cet affrontement entre réel et réalité… ». Les grandes toiles consacrées à Céret sont ambitieuses, « tendues » et inventives : Les ponts de Céret, Les Platanes, le jour., Le Canigou.

Musée d'art moderne de Céret    8, Bd Maréchal Joffre    66400 Céret - France    T (33) 04 68 87 27 76
www.musee-ceret.com    Etablissement Public de Coopération Culturelle    © Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Succession H. Matisse    © ADAGP, Paris 2017    © Successió Miró / ADAGP, Paris 2017
© Fondation Tàpies, Barcelone / ADAGP, Paris 2017    © Succession Picasso 2017
Crédits photographiques Tous droits réservés