Accueil     
Musée d'art moderne de Céret   (Retour)
 Perejaume
Perejaume
Sant Pol de Mar (Catalogne)1957

Perejaume

Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte

Son art est un langage personnel, subtil et métaphorique où il remet en question la frontière entre le réel et l'imaginaire, la vie et l'art. Perejaume crée un vaste univers poétique avec des moyens divers (peinture, collage, photo, objets, sculpture, poésie, installation) ou l'on ressent l'influence par moments de Dada ou du surréalisme mais surtout de l'art conceptuel.

L'artiste est très proche de la nature, de son pays natal. La relation intime au paysage est le point commun de tous ses travaux quelle que soit leur forme. La Catalogne constitue pour lui un petit espace de synthèse qu’il prend comme modèle de cohésion.

Dans « Terra de Suro » la relation au paysage est très forte. L'artiste utilise le liège qui est habituellement travaillé comme matériau industriel ou dans le cadre de l'art populaire. Le liège est utilisé dans les Pessebres, crèches catalanes, c'est un des rares moyens par lequel on y représente l'environnement naturel. Il est ici considéré entièrement comme matière quasi picturale : croûtes craquelées, zones d’extensions ou d’accumulations, créant tour à tour opacités et turbulences.

Par transition le liège vient remplacer le tableau puis il est re-transporté, rendu, à la nature, comme un cadeau, sur un lit de neige. L'art se resserre ici sur la seule efficacité du transport, en grec transport signifiant métaphore. Le déplacement physique du matériau illustre sa propre métamorphose en œuvre puis son retour à l’état originel. Perejaume propose ainsi une autre géographie, propre à la peinture, mais aussi un nouveau concept de communication : la nature, véhiculant le code du langage, devient elle-même langage.

Il ne s’agit plus de peindre de manière directe un paysage, les formes s’évanouissent pour laisser place à l’idée de paysage.

"Catenaria" désigne en catalan la courbure de la corde suspendue par ses deux extrémités. Ici l’artiste met en relation un élément muséal, la corde rouge, avec le paysage. Cet élément peut avoir deux fonctions distinctes :

- d’une part, elle sert à guider le passage, à l’orienter,

- d’autre part, elle peut interdire le passage.

Dans les trois premiers éléments de l’œuvre, la corde est mise en situation dans le paysage. Dans le troisième élément la représentation photographique de la corde est doublée par son reflet dans l’eau. La corde est présentée alternativement dans sa fonction de barrière et de guide. Le quatrième élément conjugue réel et image ; c’est le reflet, dans le miroir, de la demi-corde qui permet de la reconstituer dans son intégralité et de la situer dans son contexte au musée. C’est aussi un dispositif intégrant l’image du spectateur quand celui-ci passe ou s’arrête devant le cadre.

Cette pièce explore diverses pistes fondamentales de l’art contemporain : rapport entre réalité de la représentation et modification de la perception d’une image par sa mise en scène, détournement contextuel et conceptuel des objets, statut de l’œuvre d’art sacralisée par l’institution muséale, son rapport avec la nature et par extension avec le monde extérieur, la société, rôle du spectateur dans l’accomplissement de l’œuvre…

Musée d'art moderne de Céret    8, Bd Maréchal Joffre    66400 Céret - France    T (33) 04 68 87 27 76
www.musee-ceret.com   www.musee-ceret-expo.com
   Etablissement Public de Coopération Culturelle    © Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Succession H. Matisse    © ADAGP, Paris 2017    © Successió Miró / ADAGP, Paris 2017
© Fondation Tàpies, Barcelone / ADAGP, Paris 2017    © Succession Picasso 2017
Crédits photographiques Tous droits réservés