Accueil     
Musée d'art moderne de Céret   (Retour)
Patrick Jude
Patrick Jude
Perpignan (France) 1944

Patrick Jude

Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte

Vit et travaille à Banyuls sur mer (Pyrénées-Orientales).

Artiste et enseignant d’école d’art, Patrick Jude a dans les années 70 présenté des œuvres sur toile cirée comme Le corps d'armée en général, Les culbutos, ZUP ou la Femme exangue, qui prenaient pour thème certains évènements forts de la société.

Son œuvre picturale est politiquement engagée dans un registre plastique multiple : hyperréaliste, figuratif, graphique, utilisant différents collages et montages en rapport avec les sujets le préoccupant, à savoir, la société et le monde. Cette démarche l’amène souvent à faire référence à l’histoire de l’art par des citations ou des images appartenant à la mémoire collective.

Le choix des différents supports et matériaux utilisés ont un rapport symbolique avec les sujets traités, c’est le cas pour Hiérarchies œuvre composée d’un ensemble de panneaux d’aluminium peints avec de la peinture synthétique (utilisée par les carrossiers). Ce travail met en scène les différentes classes de la société à travers des personnages représentatifs tels : le président de la République, les cadres, la police, les ouvriers, agriculteurs, etc…

La représentation est organisée en pyramide pour bien mettre en valeur au sommet le chef de cette hiérarchie. C’est une représentation symbolique. Les personnages sont reliés entre eux par des fils téléphoniques au moyen de prises amovibles. Ces fils représentent la communication entre les personnages, certains sont volontairement déconnectés et donc isolés.

La démarche de l’artiste à propos de ce sujet était de montrer la séparation des rôles et les relations entre pouvoirs et société, ainsi que le lien éventuel suggéré par les fils téléphoniques.

Peinture réaliste, non par l’illusion des détails mais par la mise en évidence des rapports entre les classes de la société actuelle. Les dirigeants « Clique de tête à claques » aux mains absentes. Les travailleurs et individus sans tête ni mains dépossédés de leurs facultés créatrices, réduits à n’être que des sujets ou à combattre. Cette pièce a été présentée pour la première fois lors de l’exposition Impact II en 1972.

Bustes et reliquaires fait suite à « Hiérarchies » avec l’évidence de la confection des demi bustes en volume et tissus contrastant matériellement avec les plaques métalliques de l’œuvre précédente. En effet la réalisation des parties de corps prend toute sa valeur symbolique par l’utilisation de « vrais » tissus confectionnés en couture ainsi que d’authentiques décorations qui constituent les vêtements et uniformes des représentants des autorités politiques, militaires, juridiques et religieuses.

Les différents objets disposés sous ces bustes définis comme reliquaires sont ici pour souligner la prise de position que l’artiste avait dans les années 1970 des corps constitués et de leur histoire.

Thomas l'incrédule de 1986 figure un auto-portrait de l'artiste qui touche la plaie du Christ sous le regard de deux apôtres. Jude met en scène les différentes techniques de la représentation picturale, crayon, feutre, acrylique et huile.

Musée d'art moderne de Céret    8, Bd Maréchal Joffre    66400 Céret - France    T (33) 04 68 87 27 76
www.musee-ceret.com    Etablissement Public de Coopération Culturelle    © Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Succession H. Matisse    © ADAGP, Paris 2017    © Successió Miró / ADAGP, Paris 2017
© Fondation Tàpies, Barcelone / ADAGP, Paris 2017    © Succession Picasso 2017
Crédits photographiques Tous droits réservés